Communiqué de presse

Le système des Nations Unies et le Gouvernement s'associent pour la promotion des droits des détenus

13 décembre 2018

  • Le système des Nations Unies et le Gouvernement du Gabon ont célébré la Journée internationale des droits de l’hommes à la prison centrale de Libreville. 

Le 10 décembre 2018, le système des Nations Unies et le gouvernement du Gabon ont célébré la Journée internationale des droits de l’hommes à la prison centrale de Libreville.

Placée sous la thématique « La prison et le droit au développement au Gabon », cette journée marque le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Elle a été l’occasion de promouvoir le droit à la santé en milieu carcéral en offrant une gamme de services au profit des détenus mais également aux agents du service pénitentiaire.

A l’endroit des détenus, Il s’agissait d’organiser pendant toute la journée des tests de dépistage du VIH, du diabète, de la tuberculose et des prélèvement de la tension artérielle. Les personnes déclarées positives bénéficieront d’un accompagnement de longue durée déjà planifié par certaines des agences du système des Nations Unies. Au profit du personnel de la sécurité pénitentiaire, un atelier de renforcement de capacités sur le respect du droit à l’intégrité physique morale des détenus.

C’était en présence entre autres du Coordonnateur résident du système des Nations Unies au Gabon, Stephen Jackson, du Ministre d’État à la Justice, garde des sceaux, M. Edgard Anicet Mboumbou Miyakou, du commandant en chef de la sécurité pénitentiaire, le général de brigade Olivier Mounlengui Mfondo, des représentants des agences des Nations Unies, de la société civile ainsi que d’une centaine de détenus, hommes, femmes et mineurs confondus.

«L’universalité des droits humains en ce sens qu’ils ont été proclamés pour tous les êtres humains, de toutes les conditions et sans distinction de race, de religions, de culture dont font partie à part entière, toutes personnes en situation de détention», a affirmé le Coordonnateur résident de l’ONU, Stephen Jackson.  

Selon lui, les actions de cette journée contribueront de manière significative à l’atteintes de deux objectifs de développement durable d’une importance majeure pour le Gabon : ODD 3 – Bonne santé et bien-être de tous à tous les âges et ODD 16 – Paix, justice et institutions efficaces.

Selon le Ministre de la justice, garde des sceaux, Edgard Anicet Mboumbou Miyakoun, cette activité voudrait entre autres, permettre de changer les regards sur les établissements pénitentiaire comme un lieu abject et n’inspirant que le dégout mais plutôt comme un espace de reconversion au service du développement à travers la stimulation des capacités de créations des détenus. 

« La main d’œuvre pénale peut apporter une aide substantielle de manière multiforme au PIB de notre pays, car tout gabonais à la possibilité, lorsque les conditions sont réunies, de contribuer significativement à l’édification de notre chère Patrie, le Gabon », a affirmé le Ministre de la justice.

Il a ajouté que le gouvernement du Gabon voudrait clairement « mettre en relief, l’intérêt qu’il porte au respect de la dignité humaine à travers cette journée ».

Cette célébration a ainsi offert un créneau aux détenus afin de présenter aux autorités présentes, leur génie créateur à travers l’exposition d’objets d’arts, de créations vestimentaires (robes, sacs à main, chaussures etc.) et ornementales (pots de fleurs, vases décoratifs etc.) mais aussi et surtout des prouesses chorégraphiques dans un ballet d’ensemble avec l’artiste Michael Anicet.

 

Le système des Nations Unies et le Gouvernement s'associent pour la promotion des droits des détenus

Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative

PNUD
Programme des Nations Unies pour le développement

Objectifs poursuivis à travers cette initiative