Communiqué de presse

L’ONUDC renforce les capacités en matière de perturbation financière contre la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts au Gabon

18 mars 2019

  • Cette activité entre dans le cadre l’atteinte des objectifs de développement durable en Afrique centrale, notamment les ODD 15 et 16.4. 

Le Bureau régional de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre a organisé une formation sur la perturbation financière des réseaux de la criminalité organisée liée aux espèces sauvages et aux forêts du 04 au 07 mars 2019 à Libreville au Gabon.

Cette formation visait à renforcer les capacités opérationnelles des autorités de répression et de poursuite en matière de techniques d’enquête pour perturber les flux financiers illicites liés à l’exploitation illégale forestière et minière et au trafic d’espèces sauvages. Face aux groupes criminels organisés, impliqués dans le braconnage à grande échelle et l'exploitation forestière illégale qui constituent une menace majeure pour la faune et la flore, l’ONUDC a développé des programmes pour renforcer les capacités des autorités nationales.  Ces programmes abordent notamment l’approche axée sur la perturbation des flux financiers illicites, la saisie et la confiscation des produits du crime.

Cette activité entre dans le cadre l’atteinte des Objectifs de Développement Durable en Afrique centrale, notamment l’ODD 15 (qui vise à mettre un terme au braconnage et au trafic d’espèces végétales et animales protégées) et l’ODD 16.4 (qui vise à réduire les flux financiers illicites et le trafic d’armes, à renforcer les activités de récupération et de restitution des biens volés et à lutter contre toutes les formes de criminalité organisée).

Au total, vingt-trois (23) participants issus de l’Agence Nationale d’Investigation Financière (ANIF), de la Magistrature, de la Police, de la Gendarmerie, des Douanes, des Eaux et Forêts et des Mines ont pris part à la session.

La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par Monsieur François Mangari, Secrétaire Général de la Chancellerie, représentant le Ministre d’Etat, Ministre de la Justice et des droits humains, Garde des Sceaux. Il a souligné l’intérêt que le Gabon accorde à la question de justice environnementale eu égard aux importantes ressources forestières et animalières du pays avant d’exprimer la gratitude du gouvernement pour la tenue de cette session au Gabon.

A l’issue de la formation, les participants ont formulé des recommandations pertinentes à l’endroit des autorités compétentes en vue de lutter efficacement contre les produits provenant de cette criminalité. Il a notamment été recommandé de renforcer la mise en œuvre du Règlement N°01 CEMAC/UMAC/CM du 11 avril 2016 portant prévention et répression du blanchiment d’argent et du financement du terrorisme et de la prolifération en Afrique Centrale, l’enseignement du droit de l’environnement à l’Ecole de la Magistrature et en faculté de droit à l’université et d’assurer une meilleure collaboration entre les différents services concernés.

Cette formation organisée par l’ONUDC entrait dans le cadre du programme d’assistance mis en œuvre par le Programme global contre le blanchiment d’argent (GPML) grâce à un don du Royaume de Norvège. Elle s’inscrivait, par ailleurs, dans le cadre du partenariat entre l’ONUDC et le Groupe d’Action contre le Blanchiment d’argent en Afrique Centrale (GABAC), un organe de la Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC) créé en 2000 avec le mandat de lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

L’ONUDC renforce les capacités en matière de perturbation financière contre la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts au Gabon

Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative

UNODC
Office des Nations Unies contre la drogue et le crime

Objectifs poursuivis à travers cette initiative